L’époque mouvementée de saint Aptone

La foi ne craint pas la famine

Son nom serait difficile à porter, mais son histoire est belle et porte à la confiance en Dieu: le martyrologe romain fait aujourd’hui mémoire du saint évêque Aptone (+ v. 562).

En Aquitaine, Angoulême fête en effet aujourd’hui le saint Aptone, devenu évêque à une époque mouvementée.

En 507, les Francs, conduits par leur roi, Clovis, envahirent l’Aquitaine jusqu’à Toulouse, et ils repoussèrent les Wisigoths en Espagne. La ville d’Angoulême, assiégée à l’aller, ne fut prise par Clovis qu’à son retour. Le roi aurait alors choisi Aptone comme évêque de la ville.

Dans la région en effet, les Wisigoths  avaient jusque-là protégé les évêques favorables à l’hérésie arienne qui (pour faire bref) ne reconnaissait pas la divinité de Jésus de Nazareth comme Fils incarné, Dieu à l’égal du Père.

En 542, Aptone accueillit le moine Eparche – ou “Cybar” (+ 581) -, un noble Périgourdin qui avait renoncé à tout pour devenir moine et même reclus. L’évêque lui offrit une grotte, devenue aujourd’hui une chapelle, dans les environs d’Angoulême.

Eparche y vécut pour Dieu seul pendant 39 ans, non sans attirer de nombreux disciples auxquels il enseignait la confiance dans la Providence en disant: “La foi ne craint pas la famine”.

A sa mort, Aptone fut enseveli aux côtés du premier évêque d’Angoulême, saint Ausone, martyr, mais leurs tombeaux ont disparu dans la tourmente des guerres de religion.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!