Irak : « Personne ne peut accepter les tortures infligées à un frère », déclare Mgr Delly

Déclaration du patriarche chaldéen

CITE DU VATICAN, Mardi 11 mai 2004 (ZENIT.org) – « Aucun homme sur la terre ne peut accepter les tortures infligées à un frère » a déclaré à l’agence missionnaire italienne Misna, Mgr Emmanuel-Karim Delly, Patriarche de Babylone des Chaldéens à Bagdad, en Irak.

Face au trouble suscité dans le monde par les traitements inhumains infligés aux prisonniers irakiens par les soldats américains et britanniques, le chef spirituel des chrétiens du pays a déclaré: « Ces tortures sont contraires au droit humanitaire. Personne ne peut les accepter, ni les Irakiens, ni les Américains, ni les Britanniques, ni les Italiens. Le Seigneur nous a donné une intelligence pour parler, expliquer et convaincre: c’est la seule méthode acceptable ».

Il est inadmissible, ajoute le Patriarche, « d’employer cette intelligence pour torturer autrui. Tout le monde est d’accord là-dessus ».

Mgr Delly ne s’exprime pas sur les éventuelles conséquences politiques des sévices auxquels ont été soumis les détenus ces derniers mois: « il ne nous revient pas de juger ces aspects » dit-il à la Misna, qui l’a contacté par téléphone à Bagdad. « C’est aux juges et aux tribunaux de faire leurs évaluations, mais en tant que dirigeant de la communauté chrétienne, j’ai le devoir de rappeler les principes énoncés par Notre Seigneur, à savoir nous aimer et nous respecter les uns les autres, en cherchant à faire tout notre possible pour réduire les souffrances, et non les infliger à autrui ».

Copyright © MISNA

Pope-crowd-blur

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!