Internet, en l´absence de prêtres, au service de l´annonce du salut

Du bon usage de la toile

CITE DU VATICAN, Mercredi 6 juin 2001 (ZENIT.org) – L´Internet est un moyen pour annoncer le message de salut du Christ, dans des contextes sociaux où la présence de prêtres et de religieux au service de l´annonce du salut n´est pas suffisante, a souligné Mgr John Foley dans une intervention à Vienne, à l´occasion de la Journée mondiale des Communications sociales du 27 mai dernier. Il donnait quelques indications pour le « bon usage » de la « toile ».

Pour l´Eglise aussi, disait en substance le président du Conseil pontifical pour les Communications sociales, l´Internet peut être un « moyen merveilleux d´évangélisation et de service pastoral », en particulier là où la réalité sociale est hostile à la présence de Chrétiens.

Pour l´archevêque en effet, l´avantage le plus clair apporté par l´Internet est qu´il permet de franchir tous les types de frontière. Ne suffit-il pas d´une ligne téléphonique, d´un ordinateur, d´un « modem », et… d´un abonnement?

L´Internet rend possible la communication de l´Evangile sans obstacle. « Dans les sociétés qui ne permettent pas la présence de prêtres, de religieuses ou de religieux ni de laïcs missionnaires, expliquait Mgr Foley, l´Internet peut offrir aux personnes entreprenant une recherche spirituelle, ou même à de simples curieux, la possibilité d´obtenir des informations ou d´avoir une inspiration impossible à obtenir d´une autre façon ».

Mgr Foley émettait cependant des réserves sur les contenus de certains sites soi-disant catholiques: tout ce qui se présente sur Internet comme lié à l´Eglise catholique, expliquait-il en substance, n´est pas forcément une source « vraiment authentique, vraiment catholique, vraiment vaticane ».

L´Internet offre aussi une possibilité de dialogue et de conseils pastoraux, continuait Mgr Foley, encourageant à développer ce type d´échanges. Les réflexions de Mgr Foley revêtaient ainsi un accent directement pastoral, attaché à discerner avantages et désavantages de la « toile », et à lever ainsi certaines équivoques. Et en particulier, Mgr Foley soulignait qu´en aucun cas la « confession-en-ligne », ne pouvait avoir une valeur sacramentelle. Le sacrement de la réconciliation et de la pénitence, précisait Mgr Foley, implique toujours « une rencontre personnelle ». La confession doit être faite « dans l´oreille » du prêtre.

Enfin, Mgr Foley constatait qu´à côté de ces possibilités extrêmement positives, l´Internet peut être aussi, par exemple, un moyen d´invasion de la vie privée, ou de diffusion de matériel pornographique. Il soulignait en outre l´effet que peut avoir sur les jeunes la dépendance de la recherche d´une « distraction sans fin ». Comme c´est le cas de tous les moyens de communications, concluait Mgr Foley, « les possibilités de faire le bien sont plus importantes que celles de faire le mal: tout dépend de l´usage que l´on en fait ».

Pope-crowd-blur

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!