Hindous et Chrétiens défendent la vie à chaque stade de son développement

Message annuel pour la fête de Diwali

CITE DU VATICAN, Mardi 29 octobre 2002 (ZENIT.org) – Dans le Message annuel du Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux aux Hindous, à l’occasion de la fête de Diwali, le cardinal Arinze souligne l’engagement commun des chrétiens et des Hindous au service de la vie à chacun de ses stades de développement.

La fête de Diwali est une fête mobile célébrant la victoire divine sur les ténèbres.

Le Message 2002 du dicastère est signé une dernière fois cette année par le cardinal Francis Arinze, jusqu’ici à la tête de ce dicastère et qui vient d’être nommé préfet de la congrégation pour le Culte divin et la discipline des Sacrements.

Le cardinal Arinze insiste sur cette coutume « d’inviter les amis des diverses traditions religieuses, pour leurs fêtes, à réfléchir sur divers aspects de la vie, de la société et du monde plus généralement ».

Les fêtes religieuses constituent en effet « aussi l’expression d’un désir des hommes de vaincre les ténèbres par la lumière, le mal par le bien, le mensonge par la vérité, la mort par la vie », expliquait le cardinal.

« La technologie a accompli de nos jours de grands progrès, constate le cardinal. La vie est devenue plus sûre, plus simple et plus longue ».

En même temps, il s’interroge: « La technologie nous aide-t-elle à donner de la valeur à la vie humaine? Avec le progrès technologique, la vie semble paradoxalement être plus menacée qu’avant ».

« La génétique, continuait le cardinal, est devenue un instrument dans les mains de l’homme, qui peut en user et en abuser. Tenté parfois de devenir un manipulateur de vie voire un artisan de mort, l’homme a besoin de retrouver son rôle fondamental dans la création, c’est-à-dire qu’il a été créé par Dieu qui est le seul créateur de toute chose ».

A propos de la journée de prière interreligieuse pour la paix, à Assise, le 24 janvier dernier, le cardinal Arinze rappelait que les représentants des différentes religions « ont affirmé un engagement commun en faveur de la promotion de toute vie et de la vie dans son ensemble »

« Ce n’est que dans la mesure où ces considérations éthiques et religieuses prévaudront dans la société globale, que l’on pourra espérer le début du respect de la vie appliquée par le biais des lois », rappelait le cardinal nigérian.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!