France : Marthe Robin déclarée « vénérable »

Fondatrice des Foyers de Charité

Le pape François a reconnu l’« héroïcité des vertus » de 8 baptisés, en date du 7 novembre 2014. Parmi eux, une Française : Marthe Robin (1902-1981), à l’origine des Foyers de Charité.

Le pape a en effet reçu le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, en audience privée, durant laquelle il a autorisé la promulgation de huit décrets concernant cinq prêtres religieux et trois laïcs ayant vécu de façon « héroïque » les vertus humaines et chrétiennes.

Ils pourraient donc être béatifiés prochainement, si un miracle dû à leur intercession était reconnu ultérieurement.

Huit nouveaux « vénérables »

Un communiqué publié par le Saint Siège ce 8 novembre donne la liste des huit baptisés reconnus « vénérables ». Il s’agit de trois laïcs : Jeanne Mance, originaire de France, fondatrice de l’hôpital Hôtel-Dieu à Montréal au Canada (1606 -1673) ; Marthe Robin ; et un enfant italien, Silvio Dissegna (1967-1979).

Et cinq religieux : Francesco Massimiano Valdés Subercaseaux (1908-1982), capucin, Chilien; Ildebrando Gregori, au siècle Alfredo Antonio (1894-1985), Italien, Abbé de la Congrégation Silvestrine de l’Ordre de saint Benoît, fondateur de la Congrégation des soeurs bénédictines réparatrices de la sainte face de Notre Seigneur Jésus-Christ; Raimondo Calcagno, Italien, prêtre de la Congrégation de l’Oratoire de saint Philippe Neri (1888-1964); John Sullivan, (1861-1933) jésuite Irlandais ; Pelagio Saúter (1878-1967), prêtre de la Congrégation du Très Saint Rédempteur né en Allemagne et mort au Brésil.

Figure de la ré-évangélisation de la France

L’enquête diocésaine pour la cause de Marthe Robin, ouverte en 1986, avait été déposée à Rome en 1996. Après la reconnaissance de la validité de l’enquête par la Congrégation pour les causes des saints en 1998, avait alors commencé la rédaction de la Positio, résumé de 2000 pages du dossier, qui s’est achevée en 2010.

Joint par Zenit, le P. Bernard Peyrous, prêtre de la communauté de l’Emmanuel, postulateur de la cause, réagit à cette nouvelle : « J’ai été extrêmement ému par cette reconnaissance… ce sont des années de travail qui débouchent positivement. »

Le P. Peyrous y voit une bonne nouvelle pour la France : « Marthe a donné sa vie pour la France. Sa prière pour la conversion et pour la vocation de la France est un aspect inséparable de sa vie. »

« Je suis convaincu qu’elle est l’une des grandes figures de la nouvelle évangélisation de la France et en ce sens, les Foyers de Charité, qui sont l’oeuvre du cœur de Marthe, sont un très bel outil pour la ré-évangélisation du monde », ajoute-t-il.

Il se réjouit aussi de la réaction « très positive » des évêques de France réunis en Assemblée plénière à Lourdes du 4 au 9 novembre : un communiqué saluant l’événement a été publié par Mgr Bernard Podvin, porte-parole des évêques.

A présent, le travail du postulateur se poursuit en vue de la béatification : « Nous avons déjà déposé à Rome un dossier concernant un miracle. Il doit être étudié par la commission scientifique et la commission théologique », précise le P. Peyrous. S’il est reconnu comme dû à l’intercession de Marthe Robin, cela ouvrirait la porte à sa béatification.

Petite vie de Marthe Robin

Un site animé par les Foyers de Charité publie une courte biographie de Marthe Robin : 

Née en 1902 à Châteauneuf-de-Galaure (Drôme), un petit village situé au sud de Lyon, dans une famille de modestes agriculteurs, Marthe Robin est touchée à 16 ans par une maladie paralysante progressive. De 18 ans à sa mort en 1981, elle restera ainsi alitée dans sa chambre. Mais au cœur de sa souffrance, elle fait l’expérience de l’amour et de la bonté de Dieu, bénéficiant de grâces mystiques intenses. Le rayonnement de sa vie attire à elle plus de 100.000 visiteurs de toutes origines, dont des figures de l’Église et du monde intellectuel. Elle les écoute, les conseille, les réconforte et prie pour eux.

A 31 ans, elle reçoit du Christ la demande de créer une nouvelle œuvre, « les Foyers de Charité », qui participeront au renouvellement de l’Église dans l’esprit du futur Concile Vatican II. Ils seront fondés en 1936 avec l’aide d’un prêtre, le P. Georges Finet.

Aujourd’hui, 76 Foyers de Charité répandus dans 40 pays rassemblent des célibataires, des couples et des prêtres qui vivent en communauté ; leur mission principale est la prière et l’accueil pour des retraites spirituelles. Marthe Robin a également aidé à la fondation de nombreuses communautés et mouvements dans l’Église en France.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!