Evangéliser, responsabilité commune de l’Afrique et de l’Europe

Par le card. Josip Bozanic

ROME, lundi 13 février 2012 (ZENIT.org) – Les évêques d’Europe et d’Afrique ont « une responsabilité commune » pour l’évangélisation et la « promotion humaine » dans le monde, déclare le cardinal Josip Bozanic, archevêque de Zagreb.

Le cardinal croate a en effet pris la parole, durant la session d’ouverture du Symposium des évêques d’Afrique et d’Europe, aujourd’hui, lundi 13 février 2012, à l’Athénée pontifical Regina Apostolorum, de Rome.

Responsabilité commune

Pour le cardinal Bozanic, la collaboration entre les évêques des deux continents se base sur « l’approfondissement de la responsabilité commune pour l’évangélisation » et « la promotion humaine des deux continents et du monde ».

« Nous venons, fait observer l’ancien vice-président du CCEE, de pays dont les environnements culturel, social, économiques et politiques, sont très différents. » Mais, affirme-t-il, « pour de nombreuses raisons », ces pays sont aussi « proches ». Ainsi, explique-t-il, ils ont en commun de se trouver devant le défi « historique » de la nouvelle évangélisation.

L’évangélisation, poursuit-il, est liée à la « mission pastorale » des pasteurs, qui est le « soin des personnes ». Dans cette mission, précise le cardinal, il ne faut pas « séparer » les dimensions sociales et spirituelles, car elles participent « au même développement intégral de la personne et de la société humaine ».

Pour cette rencontre, le cardinal invite à être avant tout « ouverts à l’inspiration de l’Esprit-Saint », citant Jean-Paul II qui demandait que la pastorale soit “profondément enracinée dans la contemplation et la prière”. Pour cela, insiste le cardinal, cette rencontre doit être avant tout « un temps de prière ». Elle doit par ailleurs « éveiller et renforcer notre enthousiasme pastoral ».

Les trois « étapes » de la rencontre

La rencontre commencera d’abord, explique le cardinal, avec « un regard sur l’homme », un regard « de foi » qui englobe l’homme d’Afrique ou d’Europe, « créé à l’image et à la ressemblance de Dieu ». Cet homme, ajoute-t-il « a dans le cœur des exigences fondamentales que seul Dieu peut satisfaire pleinement ».

Dans un deuxième temps, poursuit le cardinal, sera traité de « ce que l’Eglise peut offrir à cet homme et au monde », « pour cerner l’unique réponse vraie et complète »: Jésus-Christ. L’Eglise en effet « témoigne de la miséricorde de Dieu, de la joie et de la réconciliation, qui viennent de l’Esprit-Saint ».

Un troisième temps est prévu, pour « penser à l’avenir et aux actions concrètes qui pourront être développées ensemble », notamment pour donner « une nouvelle impulsion à l’œuvre d’évangélisation ». Les protagonistes de ces projets, précise-t-il, peuvent être divers : les conférences épiscopales, mais aussi « les diocèses ou paroisses qui peuvent réaliser un jumelage ; les congrégations et les instituts religieux … ».

Le symposium se conclura sur deux temps forts : une audience avec Benoît XVI, jeudi 16 février 2012, et un pèlerinage au sanctuaire de Manoppello, où est conservé un suaire représentant, traditionnellement, le visage du Christ.

Anne Kurian

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!