Entretien: Le P. Rosica a « rencontré » Gianna Berretta Molla (2)

CITE DU VATICAN, Jeudi 13 mai 2004 (ZENIT.org) – La vie de tous les jours de Gianna Beretta Molla, médecin, engagée dans l’Action catholique, mère de famille, l’avait préparée à un geste héroïque : c’est au quotidien que chacun se prépare un jour à poser éventuellement un acte héroïque, souligne le P. Rosica.

Premier directeur de la chaîne de télévision catholique du Canada « Salt & Light », depuis juillet 2003 et ancien directeur de la Journée mondiale de la Jeunesse de Toronto, le P. Thomas Rosica, évoque dans cette seconde partie de l’entretien (cf. Zenit, 12 mai) la sainteté de Jeanne (Gianna) Berretta Molla qui sera canonisée dimanche prochain et dont la vie vient d’inspirer un film. Rencontre.

Le P. Rosica a en effet été l’aumônier du Centre Newman de l’université de Toronto entre 1994 et 2000. Il est un ami de la famille de la nouvelle sainte, et en tant que directeur de « Salt & Light », il produit un film documentaire intitulé « L’amour: un choix » (« Love is a Choice ») sur l’itinéraire de cette mère de famille italienne qui sort en cette fin de semaine.

Q: Les cercles ne cessent de s’élargir: on dirait que cela a été aussi votre expérience, Père Rosica, lorsque vous vous êtes rapproché de l’une des nouvelles saintes, Gianna Beretta Molla!

P. Rosica: Les « cercles ne cessent de s’élargir »: c’est exactement ce qui m’est arrivé, et c’est comme cela que je me suis retrouvé dans la position de diriger une télévision et de produire des films sur les saints et les bienheureux! Mon amitié avec la famille Molla a grandi dès notre première rencontre bénie, en 1999. J’ai découvert un pilier de foi, de courage, et de dévotion dans la personne de M. Pietro Molla, le mari de sainte Gianna. Pietro m’a fait voir des douzaines d’albums de famille, il m’a régalé par son récit de l’intérêt de Gianna pour la musique, l’opéra, le théâtre, les excursions en montagne, le ski. Il m’a aussi raconté avec une grande douleur les derniers mois, les dernières semaines de l’existence terrestre de Gianna. A sa mort, il est devenu un parent seul avec quatre jeunes enfants.
Les enfants Molla sont très proches de moi en âge et nous avons développé une amitié merveilleuse. Pierluigi et sa charmante famille m’ont accueilli comme l’un des leurs. Laura, est une merveilleuse et chaleureuse jeune professionnelle, maintenant mariée heureusement à Giuseppe. Lorsque Gianna Emanuela est venue me rendre visite à Toronto à l’occasion de la consécration des vitraux, elle m’a demandé de l’accompagner dans sa visite de deux hôpitaux spécialisés dans le traitement des personnes âgées souffrant de la maladie d’Alzheimer. Gianna Emmanuela est médecin spécialisé dans ce domaine. Je l’ai vue à l’œuvre au milieu de ses jeunes collègues de Toronto, partageant leurs histoires et leurs recherches sur cette maladie, et son amour des personnes âgées. J’ai réalisé qu’elle continuait vraiment la mission de guérison de sa mère.

Q: Qu’est-ce qui est tellement unique dans la vie et le témoignage de Sainte Gianna Beretta Molla?

P. Rosica: Je pense à ce qu’a dit le cardinal Carlo Maria Martini, S.J., ancien archevêque de Milan, qui a appelé Gianna « Femme, mère, et amante de la vie », à sa béatification. Quel titre magnifique! A une époque où l’engagement permanent est découragé dans de nombreux milieux, où la vie humaine et la vie de famille sont assiégés, où le sacrifice et la vertu sont absents de tant de vies, où certains, dans des professions médicales, ont de moins en moins de souci de la dignité et du caractère sacré de chaque vie humaine, où la souffrance est considérée comme une nuisance sans signification rédemptrice, où la bonté, la joie, la simplicité, et la beauté sont suspecte, Gianna Beretta Molla nous montre une voie alternative d’une extraordinaire beauté.
Nous vivons à une époque où la vie est si bon marché et disponible. Mère Teresa disait que l’avortement est le plus grand ennemi de la paix: comment ne pas être totalement d’accord? L’avortement est le plus grand symptôme de la culture de la mort. En 1961; vers le deuxième mois de grossesse de son quatrième enfant, Gianna Beretta Molla a dû prendre une décision héroïque. Les médecins avaient diagnostiqué un fibrome sérieux à l’utérus qui demandait une opération. Le chirurgien suggéra à Gianna d’avorter de façon à avoir la vie sauve. Mais au moment de l’accouchement, elle était prête à donner sa vie pour sauver celle de son enfant: « Si vous devez décider entre moi et l’enfant, choisissez l’enfant. J’insiste. Sauvez le bébé ». Elle se donna totalement, mettant au monde une vie nouvelle.

Lors de sa béatification, en 1994, le pape Jean-Paul II a dit que « l’acte de Gianna en faveur de la vie n’était possible qu’après une vie de préparation »: de quelle préparation parlait-il?

P. Rosica: Son acte était héroïque, dans la mesure où chaque jour de sa vie elle s’est préparée à cet acte final. Sa décision pour la vie a été l’épanouissement naturel et le sommet d’une vie extraordinairement vertueuse faite de sainteté, de détachement, et de joie paisible. Sainte Gianna Molla continue de rappeler à l’Eglise et au monde la nécessité d’une éthique de vie constante, des premiers instants de la vie jusqu’aux derniers. Nous sommes appelés à l’héroïsme par notre choix de vie au quotidien. Pour la plupart, nous ne sommes pas prêts à une action héroïque. Nos vies ne nous y ont pas préparés. Mais nous pouvons et nous devons nous préparer pas à pas au détachement de nous-mêmes. Si nous le demandons à Sainte Gianna Molla, elle nous donnera le courage de faire le prochain pas.

Q: Parlez-nous du documentaire spécial de « Salt + Light Television » sur
Gianna Beretta Molla…

P. Rosica: Notre documentaire de 30 minutes sur la vie de Gianna s’intitule « Love is a Choice ». Nous avons fait deux versions, en italien et en anglais. Il a été écrit, produit et dirigé par Deiren Masterson, de Salt + Light Television. Il a été filmé sur place en Italie, à Mesero, Milan et Magenta, en janvier 2004. Pour la première fois, il utilise des vidéos et des films des familles Molla et Berretta, y compris de son mariage avec Pietro en 1955 et de nombreuses scènes familiales. Pietro Molla m’a donné accès aux photos, albums, et lettres de sa femme Gianna. Le documentaire contient également mes entretiens avec M. Molla, les enfants de la sainte, et avec ses meilleurs amis. Il s’achève par la chanson originale « Love is a Choice », écrite et chantée par Deiren Masterson.
Selon les termes de son amie Piera Fontana, qui nous a donné des témoignages personnels émouvants, et avec qui nous avons aussi beaucoup ri, « il y a 50 ans, avant Gianna, comment était-il possible que seuls les religieux, les prêtres et les frères soient élevés à la gloire des autels? Ginana a été béatifiée. Elle représente toutes les mères. C’est cela qui me touche. Une mère y est finalement arrivée ».
« Salt and Light Catholic Television in Canada » a le privilège de présenter en Gianna Beretta Molla la vie et le témoignage d’une grande sainte et d’un modèle pour toute l’Eglise. Elle représente toutes les mères de famille, et elle continue à nous guérir et à nous bénir. Ses choix constants de l’amour et de la vie nous inspirent de vivre et d’aimer comme elle l’a fait.

Pour plus d’information sur ce documentaire, on peut contacter:
Salt and Light Catholic Media Foundation
415 Yonge Street, Suite 900
Toronto, ON, Canada M5B 2E7
CANADA

Tél.: (416) 971-5353 ou numéro gratuit 1-888-302-7181
Télécopie: (416) 971-6733
Courriel: [email protected]

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!