Élections en RDC : Recommandations des évêques

« Année électorale : Que devons-nous faire? »

ROME, Jeudi 10 mars 2011 (ZENIT.org) – « Faire preuve d’une grande culture démocratique », « redoubler de vigilance », « sécuriser les populations » : telles sont quelques-unes des recommandations faites par le comité permanent de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) à l’issue de sa session ordinaire, qui a eu lieu du 21 au 25 février derniers, au centre pastoral Caritas de Kinshasa.

« Année électorale : Que devons nous faire ? » est le titre de l’exhortation pastorale publiée par les évêques à l’attention des acteurs politiques, du gouvernement, et du peuple congolais, en vue des élections présidentielle et législatives prévues pour fin 2011 en République démocratique du Congo (RDC).

Les évêques y expriment l’espoir que la RDC « saura tirer les conséquences de toutes les expériences malheureuses des élections dans beaucoup de pays d’Afrique, pour s’engager résolument sur la voie d’élections libres et démocratiques en vue d’un Congo uni, fort et prospère ».

Ils recommandent notamment à la population « de ne pas vendre sa conscience en échange de cadeaux et dons divers de la part de ceux qui les lui apportent en ce temps crucial », ni à « céder à la tentation du tribalisme ou du régionalisme ».

Au gouvernement, rapporte l’agence catholique DIA d’information et documentation pour l’Afrique, les évêques demandent de « sécuriser la population et de prendre toutes les dispositions pour que le trésor public ne soit pas détourné aux fins de la campagne électorale ». Aux acteurs politiques, ils demandent « de s’abstenir de toute forme de violence à l’égard de leurs adversaires politiques et de proposer des projets de société capables de promouvoir la RDC ».

Mais les évêques congolais s’adressent aussi à la police nationale et aux forces armées, leur demandant « de garder leur caractère apolitique et républicain et de faire preuve de neutralité et de patriotisme, en évitant toutes formes de violence avant, pendant et après les élections ».

Aux professionnels des médias, conformément au code de déontologie de leur métier, il est demandé de « ne pas déformer, dénaturer ou fausser, par leur formulation, par insistance, grossissement, omission ou manipulation, les opinions d’autrui, les titres ou les commentaires des articles qui doivent être traités avec impartialité et bonne foi ».

Les évêques prient  par ailleurs la Communauté internationale « d’accompagner la jeune démocratie congolaise en lui assurant l’appui logistique nécessaire pour la bonne tenue des élections et en déployant le moment venu des observateurs internationaux sans parti pris ».

Aux ecclésiastiques, il est recommandé de « ne pas participer activement aux partis politiques et associations à caractère politique, ainsi qu’à la direction des institutions étatiques, quel qu’en soit le niveau, chargé d’organiser les élections ; de ne faire allégeance à aucun parti politique ».

Au clergé en particulier, les évêques demandent « de réserver la chaire de vérité à la prédication de la Parole de Dieu et de l’enseignement social de l’Église et surtout de ne jamais accorder la parole aux acteurs politiques pendant les célébrations eucharistiques ».

Isabelle Cousturié

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!