Le pape François prie pour la fin de l'épidémie d'Ebola qui sévit en Afrique de l'Ouest, rendant hommage aux missionnaires et aux soignants qui se dédient aux malades.

En rencontrant les évêques de la Conférence épiscopale du Ghana, ce matin, 23 septembre 2014, au Vatican, le pape a en effet évoqué l'épidémie, qui fait rage en particulier au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone.

Selon les derniers rapports de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 5500 personnes ont été infectées par le virus et plus de 2500 sont décédées, mais ces chiffres « sont bien en deçà de la réalité ».

Le pape a salué « les nombreuses activités caritatives, médicales et éducatives de l’Église » du Ghana « mais aussi dans toute l'Afrique de l'Ouest, qui souffre en ce moment de l'épidémie d'Ebola ».

« Je prie pour le repos des âmes de ceux qui sont morts dans cette épidémie, parmi lesquels des prêtres, des religieux, des religieuses et des soignants qui ont contracté cette terrible maladie en prenant soin de ceux qui souffrent », a-t-il déclaré.

Le pape a formulé le voeu que Dieu renforce les efforts des soignants et « qu'il mette un terme à cette tragédie ».

La flambée actuelle d’Ebola a démarré en Guinée en décembre 2013. L'OMS a dénoncé « le plus grand défi auquel l’ONU et ses institutions n’aient jamais été confrontées en temps de paix », devant le Conseil de sécurité des Nations Unies le 18 septembre dernier.

Elle a souligné les « enchaînement de conséquences dramatiques » de cette épidémie qui n'est « pas seulement une crise de santé publique » mais aussi « une crise sociale, une crise humanitaire, une crise politique, une crise économique, représentant une menace pour la sécurité nationale bien au-delà des zones d’épidémie ».

L'Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu, qui avait dû fermer des hôpitaux au Liberia et en Sierra Leone pour désinfection, suite au décès de missionnaires, a appelé plusieurs fois à l'aide pour poursuivre son service des malades.

Le pape avait invité à prier « pour les victimes du virus Ebola et pour tous ceux qui luttent pour le stopper », lors de l'angélus du 10 août 2014, place Saint-Pierre.

Il avait déjà appelé à la solidarité pour endiguer ce virus lors de l'angélus, du 6 avril dernier. Dans son message de Pâques, il formulait la prière suivante : « Fais que nous puissions soigner les frères touchés par l’épidémie d’Ebola en Guinée Conakry, en Sierra Léone et au Liberia, et ceux affectés par tant d’autres maladies, qui se diffusent aussi à cause de l’incurie et de la pauvreté extrême ».

Ebola : le pape prie pour la fin de la tragédie en Afrique

Il rend hommage aux missionnaires et soignants

Le pape François prie pour la fin de l’épidémie d’Ebola qui sévit en Afrique de l’Ouest, rendant hommage aux missionnaires et aux soignants qui se dédient aux malades.

En rencontrant les évêques de la Conférence épiscopale du Ghana, ce matin, 23 septembre 2014, au Vatican, le pape a en effet évoqué l’épidémie, qui fait rage en particulier au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone.

Selon les derniers rapports de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 5500 personnes ont été infectées par le virus et plus de 2500 sont décédées, mais ces chiffres « sont bien en deçà de la réalité ».

Le pape a salué « les nombreuses activités caritatives, médicales et éducatives de l’Église » du Ghana « mais aussi dans toute l’Afrique de l’Ouest, qui souffre en ce moment de l’épidémie d’Ebola ».

« Je prie pour le repos des âmes de ceux qui sont morts dans cette épidémie, parmi lesquels des prêtres, des religieux, des religieuses et des soignants qui ont contracté cette terrible maladie en prenant soin de ceux qui souffrent », a-t-il déclaré.

Le pape a formulé le voeu que Dieu renforce les efforts des soignants et « qu’il mette un terme à cette tragédie ».

La flambée actuelle d’Ebola a démarré en Guinée en décembre 2013. L’OMS a dénoncé « le plus grand défi auquel l’ONU et ses institutions n’aient jamais été confrontées en temps de paix », devant le Conseil de sécurité des Nations Unies le 18 septembre dernier.

Elle a souligné les « enchaînement de conséquences dramatiques » de cette épidémie qui n’est « pas seulement une crise de santé publique » mais aussi « une crise sociale, une crise humanitaire, une crise politique, une crise économique, représentant une menace pour la sécurité nationale bien au-delà des zones d’épidémie ».

L’Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu, qui avait dû fermer des hôpitaux au Liberia et en Sierra Leone pour désinfection, suite au décès de missionnaires, a appelé plusieurs fois à l’aide pour poursuivre son service des malades.

Le pape avait invité à prier « pour les victimes du virus Ebola et pour tous ceux qui luttent pour le stopper », lors de l’angélus du 10 août 2014, place Saint-Pierre.

Il avait déjà appelé à la solidarité pour endiguer ce virus lors de l’angélus, du 6 avril dernier. Dans son message de Pâques, il formulait la prière suivante : « Fais que nous puissions soigner les frères touchés par l’épidémie d’Ebola en Guinée Conakry, en Sierra Léone et au Liberia, et ceux affectés par tant d’autres maladies, qui se diffusent aussi à cause de l’incurie et de la pauvreté extrême ».

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel