« Du bonheur dans les familles », la promesse de L’Ile-Bouchard

Par le P. Xavier Malle

Propos recueillis par Anita Bourdin

ROME, lundi 19 mars 2012 (ZENIT.org) – Cachée dans sa ferme du hameau des Mouilles, à Châteauneuf-de-Galaure, dans la Drôme (Région Rhône-Alpes), Marthe Robin, fondatrice des « Foyers de Charité », et dont la cause de béatification est ouverte, prie pour son pays. C’est le 8 décembre 1947 au matin, fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie. Son confesseur, le Père Georges Finet, monte chez elle et lui dit : « Marthe, la France est foutue (sic). Nous allons avoir la guerre civile ». « Non, mon Père, répond Marthe. La Vierge Marie va sauver la France à la prière des petits enfants ».

Or, les événements de L’Ile-Bouchard commencent l’après midi, fait observer le P. Bernard Peyrous dans son livre : « Les évènements de l’Ile-Bouchard ».

Au moment où le pape Benoît XVI demande, le Vendredi Saint, de prier pour les familles et avec elles, lors du Chemin de Croix du Colisée, il est bon de relire cette promesse de la Vierge Marie en 1947: «  Je donnerai du bonheur dans les familles ». Un récit qui fait aussi méditer le mystère de l’Annonciation, que l’on fête le 25 mars, puisque l’archange Gabriel apparaît également.

Nous avons demandé au P. Xavier Malle, curé de la paroisse-sanctuaire de L’Ile-Bouchard, petite ville de France, située à 45 km au sud-ouest de Tours, de revenir sur les événements, sur le pèlerinage aujourd’hui, et sur un projet « scout ».

Zenit – Père Xavier Malle, que s’est-il passé à L’Ile-Bouchard ?

P. Xavier Malle – Du 8 au 14 décembre 1947, des événements importants se sont déroulés dans cette petite localité de Touraine. Plusieurs jours durant, quatre petites filles témoignent avoir vu « une Belle Dame ». Celle-ci leur demanda de faire prier les enfants du village « pour la France qui en a grand besoin ». Le pays était alors en proie à de grandes difficultés économiques et politiques, et l’on craignait un conflit qui pouvait dégénérer en guerre civile.

Qui étaient ces fillettes et comment Marie s’est-elle manifestée à elles ?

Comme vous pouvez le lire de façon plus complète sur le site Internet du sanctuaire – en français, en espagnol, en allemand et en anglais – Jacqueline Aubry, 12 ans, Jeanne Aubry sa soeur, 7 ans, et Nicole Robin, 10 ans, sont allées prier à l’église sur le chemin de l’école, un peu avant 13 heures, la classe reprenant à 13h30. Pour cette fête de l’Immaculée Conception, les religieuses qui font la classe avaient recommandé aux enfants de prier tout spécialement la Sainte Vierge. Les trois fillettes sont entrées dans l’église et dans la nef du bas-côté gauche elles ont dit un « Je vous salue Marie » devant la statue de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Elles sont ensuite allées s’agenouiller devant l’autel de la Sainte Vierge et elles ont commencé à prier une dizaine de chapelet. C’est là qu’elles ont vu la Sainte Vierge et un ange qui la contemplait, un genou en terre. Les trois enfants se sont précipitées dehors pour inviter d’autres enfants à venir: deux les suivirent, dont Laura Croizon, 8 ans, qui verra aussi « la Belle Dame ».

Les enfants ont décrit cette « Belle Dame » ?

Interrogées séparément par le chanoine Ségelle, curé de la paroisse, et soeur Saint-Léon, directrice de l’école, les fillettes ont en effet donné un récit identique. Jacqueline a raconté: « J’ai vu une Belle Dame, vêtue d’une robe blanche, ceinture bleue, voile blanc légèrement brodé autour. Le voile reposait sur le front. Les pieds de la Dame étaient nus et apparents et reposaient sur une large pierre rectangulaire formant le bas de la grotte dans laquelle elle nous est apparue. A son bras droit était passé un chapelet aux grains blancs montés sur une chaîne d’or. Les cheveux étaient blonds et longs et retombaient sur le devant, de chaque côté, en formant deux anglaises. La ceinture bleue était un large ruban et les manches de la robe étaient vagues. A ses pieds, cinq roses, roses, lumineuses, formaient une guirlande en forme de demi-cercle qui se terminait par deux feuilles vertes reposant sur les deux extrémités de la pierre. Sous les pieds, on lisait l’invocation : « O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ». L’ange se tenait sur une pierre plate de même couleur que la grotte mais en dehors d’elle, le genou droit à terre, à peu de distance de la Dame, et à sa droite. Il était vêtu d’une robe blanche et avait des ailes blanches aux bords dorés. Il tenait à la main droite un lys blanc et l’autre main reposait sur sa poitrine. Les cheveux étaient blonds en forme d’anglaises. »

La « Belle Dame » et l’ange ont dit leur nom ?

La « Belle Dame » a dit aux enfants : « Dites aux petits enfants de prier pour la France… car elle en a grand besoin ».

Les enfants ont demandé : « Madame, est-ce que vous êtes notre Maman du Ciel? »

« Oui, a-t-elle répondu, je suis votre Maman du Ciel ».

 « Quel est l’ange qui vous accompagne? », ont-ils repris.

L’ange a répondu: « Je suis l’ange Gabriel ».

La Vierge a ensuite donné rendez-vous aux enfants le soir et le lendemain:

« Donnez-moi votre main à embrasser. Revenez ce soir à 5 heures et demain à 1 heure ».

Et les enfants ont obéi ?

Les petits enfants et les habitants répondirent à l’appel de la Visiteuse : pendant une semaine elle se fit éducatrice de la prière, et la guerre civile tant redoutée épargna la France, qui put ainsi se reconstruire dans la concorde après les dommages de la seconde guerre mondiale.

C’est Mgr André Vingt-Trois, alors archevêque de Tours, et pas encore cardinal, qui a autorisé le culte public et les pèlerinages à L’Ile-Bouchard : quelles raisons a-t-il données?

Peu de temps après son arrivée à Tours,  Mgr Vingt-Trois a réunit une commission qui a réétudié l’ensemble du dossier de l’Ile-Bouchard. A l’issue de ce travail considérable, il a pris un décretreconnaissant « les nombreux fruits de grâce » et « autorisant les pèlerinages et le culte public ».  Ce décret du 8 décembre 2001, parfaitement ciselé, répond, me semble-t-il répond à votre question :  » Depuis 1947, de nombreux catholiques viennent en pèlerinage à l’église paroissiale Saint-Gilles de L’Ile-Bouchard pour y vénérer la Vierge Marie. Ces pèlerinages ont porté de nombreux fruits de grâce. Sans jamais céder à l’attrait du sensationnel, ils développent un esprit de prière et contribuent à la croissance de la foi des participants. Après avoir soigneusement étudié les faits et pris conseil des personnes compétentes, j’autorise ces pèlerinages et le culte public célébré en l’église paroissiale Saint-Gilles de L’Ile-Bouchard pour invoquer Notre Dame de la Prière, sous la responsabilité pastorale du curé légitime de cette paroisse. »

Aujourd’hui, qu’est devenu ce lieu ?

Depuis les pèlerinages ne cessent de se développer. En 1998, la paroisse-sanctuaire a été confiée à un prêtre de la Communauté de l’Emmanuel, rejoint les années suivantes par d’autres prêtres. L’équipe en 2012 se compose de 4 prêtres.

On vient en ces lieux prier pour la France, les pécheurs, pour les vocations ; toutes ces intentions sont liées aux événements de 1947.

On vient également beaucoup à L’Ile-Bouchard prier pour les familles car lors d’une question des enfants à la « Belle Dame » concernant des demandes de guérison celle-ci leur a répondu : « Je donnerai du bonheur dans les familles ». Cette promesse pleine d’espérance attire des familles de plus en plus nombreuses qui retrouvent le chemin de l’unité, de la joie et du bonheur auprès de Notre-Dame de la Prière.

En 2011 plus de 80 000 visiteurs sont venus au sanctuaire, soit 10 000 de plus qu’en 2010.  Les jeunes, notamment des Guides et des Scouts sont de plus en plus nombreux à y venir. De nombreux pèlerins étrangers viennent aussi maintenant prier pour leur pays.

Pour les accueillir, nous avons entrepris des travaux importants dans le centre d’accueil des pèlerins, l’Accueil Notre-Dame, et une nouvelle tranche s’ouvre, la réalisation d’une chapelle d’adoration et de confession.

En effet, l’adoration perpétuelle s’est mise en place progressivement sur la paroisse-sanctuaire, dans un oratoire provisoire exigu et inaccessible aux personnes à mobilité réduite. Les pèlerins souhaitent pouvoir en bénéficier. Nous avons donc besoin d’une chapelle d’adoration plus grande et accessible. Construite dans le prolongement de la salle des pèlerins, elle pourra s’ouvrir vers la salle et ainsi permettre de créer une grande chapelle.

La paroisse-sanctuaire Notre-Dame de la Prière de L’Ile-Bouchard, située en zone rurale, ne peut subvenir seule à cet investissement. C’est pourquoi nous sollicitons la générosité de tous avec confiance pour recueillir les dons nécessaires à leur réalisation.

Mais vous avez un autre grand projet, « scout » !

Etant moi-même un ancien scout, je souhaite vous présenter un projet particulier de notre sanctuaire destiné à porter la foi, l’espérance et la charité vers les plus jeunes de notre société.

Pourquoi ce projet ? Parce que nous assistons à la montée d’une crise dont les causes profondes sont avant tout morales et spirituelles. Les premières victimes, vous le savez, en sont les enfants et les jeunes, dont un grand nombre sont en plein désarroi.

Nous le savons, dans ce monde en souffrance, les jeunes qui fréquentent les mouvements de scoutisme apparaissent véritablement comme l’espérance de l’Eglise. Le constat que les guides et les scouts sont de plus en plus nombreux à venir en pèlerinage nous a conduit à ce projet de réaliser des vitraux scouts dans la chapelle d’adoration. Ce sera ainsi un lieu spécifique pour les accueillir. Dans ce but, nous avons demandé à un artiste scout, Emmanuel Beaudesson,  de dessiner des «vitraux scouts». Il s’est mis au travail et ces vitraux seront réalisés à Chartres par les Ateliers Loire.

Comment peut-on vous aider ?

Vous l’imaginez, pour mener à terme ce projet nous avons besoin de faire appel à des dons. Nous remercions chacun par avance du geste qu’il pourra faire, même minime, et du souci qu’il aura de relayer cette information autour de lui par tous les moyens à sa disposition afin de diffuser le plus largement possible cet appel. On peut consulter les documents présentant ce projet en se connectant au site du « Réseau Scoutisme et Prière » où l’on trouvera tous les détails de cette souscription pour les vitraux scouts.

Deux des quatre enfants sont encore de ce monde, mais Laura Croizon nous a quittés en 1999 et Jeannette est décédée depuis peu: quel souvenir gardez-vous de celle-ci?

Effectivement, la plus jeune, Jeannette Aubry, qui avait 7 ans au moment des apparitions, est décédée le 2 décembre 2011 des suites d’un cancer. Permettez-moi de reprendre les mots du père Abbé émérite de Fontgombault, Dom Antoine Forgeot, en ouverture de ses obsèques le 7 décembre : « Après une existence laborieuse, austère et souvent douloureuse, après ces dernières années plus paisibles et consolées, dans le retour à la terre, au contact plus facile avec Dieu, après ces dernières semaines d’ultimes purifications, dans la souffrance et dans un dépouillement radical de tout ce qui la retenait à la terre, Jeannette est parvenue au seuil de l’éternité, comme un petit enfant, dépourvu de tout, mais riche du bonheur d’adhérer paisiblement au bon vouloir de Dieu, riche d’aimer et de se savoir aimée ». 

Nous la retrouvons bien dans ce portrait du père Abbé. Ce fut une grande tristesse à l’Ile-Bouchard, car si elle était très discrète dans sa ferme avec ses moutons, elle était très aimée, car très simple et si fidèle à la grâce mariale reçue en 1947. Nous commençons à recevoir des témoignages de grâces reçues par son intercession. C’est mystérieux comment Dieu passe par notre petite Jeannette, qui doit contempler son « bel ange » comme elle avait dit à 7 ans.

Avec son départ, seules restent parmi nous, comme témoins des évènements de l’Ile-Bouchard, Nicole et Jacqueline, la soeur aînée de Jeannette, dont vous pouvez entendre le témoignage à l’Ile-Bouchard.

Justement, y a-t-il un livre ou un CD, une vidéo, qui permette à nos lecteurs de mieux connaître le message de la Vierge Marie à L’Ile-Bouchard?

Oui, il y en a plusieurs, parmi les derniers sortis, on peut citer ceux du Père Bernard Peyrous – « Les évènements de l’Ile-Bouchard » -, de Marc Charpy – « Marie, prophète du Salut » -, ou encore de Jean-Romain Frisch – « L’Ile-Bouchard, des messages pour aujourd’hui »-. Il faut aussi signaler, en plus de la vidéo d’une heure, une nouvelle vidéo, de 38 minutes, du témoignage de Jacqueline Aubry, plus à destination des enfants, intitulée : « Oh la belle dame ! » Et je vous annonce un futur CD du chapelet, médité à L’Ile-Bouchard, avec les chants qui nous aimons prier ici. Voici des moyens non seulement de mieux connaître la grâce mariale de L’Ile-bouchard, mais aussi d’en profiter à domicile. Toutefois, nous serions encore plus heureux de vous accueillir sur place et dans des conditions sans cesse améliorées, avec ce projet de chapelle d’adoration et de confession !

www.ilebouchard.com

Facebook et Twitter : IleBouchard

[email protected]

Contact pour les vitraux scouts:

Bruno Rondet, 4 allée de la Renaissance

37540 Saint-Cyr-sur-Loire – France

[email protected]

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel