Dix ans après sa mort, le cardinal Kung reste un exemple

Sa fidélité au pape lui avait valu 30 ans de prison

ROME, Vendredi 19 mars 2010 (ZENIT.org) – L’évêque émérite de Hong Kong propose aux évêques chinois de suivre l’exemple du cardinal Ignatius Kung Pin-mei, mort il y a dix ans, mais qui n’en reste pas moins un modèle.

Lors d’une messe à la mémoire du cardinal Kung, décédé aux Etats-Unis le 12 mars 2000, le cardinal Joseph Zen Ze-kiun, a proposé de suivre l’exemple de l’ancien évêque de Shanghai, affirmant, devant une quarantaine de fidèles, qu’il pouvait être un soutien pour résister aux tentations.

« Presque tous les évêques chinois des communautés officielles ont été reconnus par le pape (…), mais certains ne sont pas revenus, et d’autres ont déclaré leur soutien à une Eglise indépendante et autonome », a rappelé le cardinal Zen. « Certains d’entre eux luttent, doutent, à cause de tentations et de pressions ».

Tout en reconnaissant que ces évêques ne peuvent être jugés ou critiqués et admettant « nous n’avons pas vécu leurs difficultés », le cardinal a appelé à prier pour les évêques chinois, afin qu’ « ils puissent suivent le modèle du cardinal Kung ».

Le cardinal Kung est mort à Stamford, dans le Connecticut, à 98 ans. Sa fidélité au pape lui a valu plus de 30 années de prison.

En 1988, le gouvernement chinois lui avait permis de se rendre aux Etats-Unis pour recevoir des soins médicaux. Il était depuis trois ans en liberté conditionnelle et résidence surveillée.

Le cardinal a vécu aux Etats-Unis avec son neveu jusqu’à sa mort. Le pape Jean Paul II l’avait créé cardinal in pectore en 1979, alors qu’il était encore en prison.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Pope-crowd-blur

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!