Faire un don

Dieu se cache dans les plus petits

Homélie de l’Epiphanie

Le pape François exhorte les baptisés à « passer des calculs humains au mystère » en cherchant « le mystère dans lequel Dieu se cache » : « Nous voyons autour de nous des guerres, l’exploitation des enfants, des tortures, des trafics d’armes, la traite des personnes… dans tous ces frères et sœurs les plus petits qui souffrent à cause de ces situations, il y a Jésus », a-t-il affirmé ce mardi 6 janvier 2015.

Le pape a célébré la messe de l’Épiphanie à 10h en la basilique Saint-Pierre, ce matin. La fête de l’Épiphanie, de la « manifestation » aux nations représentées par les Mages venus d’Orient à Bethléem, est en effet célébrée le 6 janvier au Vatican.

Comme c’est la tradition au cours de cette célébration, le diacre a proclamé l’« Annonce de la Pâque », après l’Évangile : il a annoncé la date des principales fêtes de l’année liturgique, avec au centre, Pâques – 5 avril 2015.

Par l’incarnation, le Christ « est venu pour l’humanité entière, représentée aujourd’hui par les Mages, venant d’Orient », a souligné le pape dans son homélie : « Les mages représentent les hommes et les femmes à la recherche de Dieu dans les religions et dans les philosophies du monde entier : une recherche qui n’a jamais de fin. »

Pour le pape, « les Mages indiquent la route sur laquelle marcher » car « ils cherchaient la véritable Lumière », ils étaient « à la recherche de Dieu ».

Mais ils indiquent aussi les tentations à vaincre pour trouver Dieu, la première étant « la tromperie d’Hérode », « l’homme de pouvoir, qui ne réussit à voir dans l’autre que le rival » et qui voit « Dieu comme un rival, même comme le rival le plus dangereux ».

Au palais d’Hérode en effet, les Mages « perdent de vue l’étoile », ils « traversent un moment d’obscurité, de désolation, qu’ils réussissent à surmonter grâce aux suggestions de l’Esprit Saint, qui parle par les prophéties de l’Écriture Sainte. Elles indiquent que le Messie naîtra à Bethléem, la cité de David ».

La seconde tentation est de « refuser la petitesse » qu’il trouvent à Bethléem. Mais l’Esprit-Saint « les fait entrer dans le mystère » : « ils arrivent à reconnaître que les critères de Dieu sont très différents de ceux des hommes, que Dieu ne se manifeste pas dans la puissance de ce monde, mais dans l’humilité de son amour ».

« La crèche présente un chemin différent de celui rêvé par la mentalité mondaine : c’est le chemin de l’abaissement de Dieu…, sa gloire cachée dans la mangeoire de Bethléem, dans la croix sur le calvaire, dans le frère et dans la sœur qui souffrent », a-t-il ajouté.

Ainsi « les Mages sont des modèles de conversion à la vraie foi parce qu’ils ont cru davantage dans la bonté de Dieu que dans l’apparente splendeur du pouvoir », a déclaré le pape en invitant les chrétiens à « vivre le même chemin de conversion ».

Cela consiste à trouver « ce mystère dans lequel Dieu se cache » et où l’on peut « Le rencontrer » : « Nous voyons autour de nous des guerres, l’exploitation des enfants, des tortures, des trafics d’armes, la traite des personnes…. Dans toutes ces réalités, dans tous ces frères et sœurs les plus petits qui souffrent à cause de ces situations, il y a Jésus. »

Pour « passer des calculs humains au mystère », le chrétien est appelé à se demander : « où est l’étoile ? » au milieu des « tromperies mondaines », à « se libérer de ses illusions, de ses présomptions, de ses “lumières” » et à trouver « l’humilité de la foi », a conclu le pape.

La liturgie s’est poursuivie par la proclamation du Credo et la prière universelle en français, chinois, swahili, philippin et russe. A midi, le pape a présidé l’angélus de la fenêtre de son bureau qui donne place Saint-Pierre.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel