Faire un don

Chrétien jusque dans son porte-monnaie

Homélie du 18 novembre 2014

Des chrétiens de cœur, il y en a, mais des chrétiens jusque dans leurs poches, jusque dans leur porte-monnaie, il n’y en a pas beaucoup, souligne le pape François lors de la messe du 18 novembre 2014, à Sainte-Marthe.

Le pape a commenté la première lecture, où le Seigneur dit à l’Église de Laodicée : « Je connais ta conduite : tu n’es ni froid ni brûlant — mieux vaudrait que tu sois ou froid ou brûlant — ; aussi, puisque tu es tiède — ni froid ni brûlant — je vais te vomir… Sois donc fervent et convertis-toi. » (Ap 3, 1-6.14-22).

Les chrétiens de Laodicée vivent dans la « spiritualité du confort », ils ne veulent pas être « dérangés ». Ils pensent « ne manquer de rien » mais « cet état d’âme est un état de péché », a affirmé le pape : « le confort spirituel est un état de péché ».

Le deuxième avertissement, pour l’Eglise de Sardes, concerne « les chrétiens d’apparence ». Ceux-là « se croient vivants mais ils sont morts… l’apparence est leur linceul », ils sont « vides à l’intérieur ». Chez eux « tout semble bien », ils n’ont « rien à se reprocher », ils ont « une famille, pas d’ennemis, tout le nécessaire », ils sont « mariés à l’Église, tranquilles… » mais ils sont « morts ».

L’appel de Dieu à se convertir, signifie passer « des apparences à la réalité, de la tiédeur à la ferveur » en cherchant à « écouter l’Esprit-Saint ».

Après les tièdes et les morts, il y a ceux qui sont « en état de putréfaction », les corrompus. C’est la rencontre avec Zachée, dans l’Évangile (Lc 19, 1-10).

L’Esprit-Saint, qui est « futé », a fait observer le pape, travaillait dans le cœur de Zachée, poussé d’abord par « la curiosité » puis touché par « la Parole de Dieu » : son cœur « se convertit » et il trouve « la joie ».

Zachée déclare alors : « Je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus » : « Quand la conversion arrive aux poches, elle est assurée. Des chrétiens de cœur ? Oui, tous. Des chrétiens dans l’âme ? Tous. Mais des chrétiens jusqu’aux poches, il y en a peu ».

La Parole de Dieu « est capable de tout changer », mais l’homme « n’a pas toujours le courage de croire en cette Parole et de la recevoir ». C’est pourquoi le pape a invité les chrétiens a penser à leur conversion en ces dernières semaines de l’Année liturgique : « pensons très sérieusement à notre conversion, pour pouvoir avancer sur le chemin de la vie chrétienne ».

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel