Brésil : les jeunes, protagonistes dans l’Eglise

Message de Benoît XVI pour la 50e « Campagne de fraternité »

« Nous voulons que les jeunes soient des protagonistes intégrés dans la communauté qui les accueille, démontrant la confiance que l’Eglise met en chacun d’eux », écrivait Benoît XVI le 8 février 2013.

Le pape a fait parvenir un message aux fidèles brésiliens, à l’occasion de la 50e « Campagne de fraternité », promue chaque année par l’Eglise au Brésil durant le Carême.

Cette campagne, qui a lieu en 2013 sous le signe de la XXVIIe Journée mondiale de la jeunesse, prévue à Rio de Janeiro en juillet prochain, a pour thème « Fraternité et jeunesse ».

« Je m’unis bien volontiers à cette initiative, confiant au Seigneur les efforts de ceux qui s’engagent à aider les jeunes à devenir  “protagonistes d’une société plus juste et plus fraternelle inspirée par l’Evangile” », écrit Benoît XVI, qui salue la Campagne de Fraternité comme « un soutien juste et stimulant » pour le Carême.

Il fait observer que « les “signes des temps” dans la société et dans l’Eglise, émergent aussi à travers les jeunes » et met en garde : « mépriser ces signes et ne pas savoir les discerner, signifie perdre des occasions de renouveau ».

« Nous voulons que les jeunes soient des protagonistes intégrés dans la communauté qui les accueille, démontrant la confiance que l’Eglise met en chacun d’eux », poursuit-il.

Benoît XVI appelle pour les jeunes « des guides – prêtres, consacrés ou laïcs » qui soient à l’intérieur d’eux-mêmes « ouverts à la nouveauté », quel que soit leur âge, c’est-à-dire « capables de faire route sans imposer de direction », et « pleins d’empathie solidaire ».

Avec ces guides, le pape espère « que se multiplie chez les jeunes d’aujourd’hui la réponse donnée à Dieu par le prophète Isaïe : “Me voici, envoie-moi [à mes concitoyens]” (Is 6,8) ». Il les invite « à chercher toujours plus dans l’Evangile de Jésus le sens de la vie ».

En effet, rappelle-t-il aux jeunes brésilien, « c’est à travers l’amitié avec le Christ que nous expérimentons ce qui est beau et nous rachète : “Ceci a touché tes lèvres, et maintenant ta faute est enlevée, ton péché est pardonné” (Is 6,7) ».

Ensuite, de cette rencontre « transformatrice », émerge « la pleine disponibilité de celui qui se laisse envahir par Dieu » et qui peut alors aider les autres « à découvrir la force et la beauté de la foi, immergés dans les déserts spirituels du monde contemporain », ajoute Benoît XVI.

Le pape conclut en souhaitant « un Carême profitable dans la vie de chaque brésilien, en particulier des jeunes générations, sous la protection maternelle de Notre Dame d’Aparecida ».

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné! Nous allons confirmer votre abonnement par courriel. S'il vous plaît vérifier votre dossier spam si vous ne le recevez pas bientôt.