Faire un don

Aujourd’hui, Jésus est de nouveau crucifié

Non à  la pensée unique, homélie du 10 avril 2014

Le pape dénonce « la pensée unique » qui « lapide la liberté des peuples, la liberté des gens, la liberté des consciences, le rapport des personnes avec Dieu. Et aujourd’hui Jésus est encore une fois crucifié ».

Lors de la messe de ce 10 avril 2014, le pape a commenté l’Évangile (Jn 8,51-59) où les pharisiens ont l’esprit et le cœur « fermés » : « quand le cœur et l’esprit sont fermés il n’y a pas de place pour Dieu, mais seulement pour ce que l’on pense devoir faire ».

Les commandements ne sont pas une loi froide

L’erreur des pharisiens est de « détacher les commandements du cœur de Dieu » : les commandements ne « sont pas une loi froide » mais ils naissent d’un rapport d’amour, ils « portent une promesse » et sont « des indications » pour rencontrer Dieu.

Or les pharisiens sont fermés « à toute nouveauté », ils ne comprennent pas « la voie de l’espérance » : ils ont « une pensée fermée, qui n’est pas ouverte au dialogue, à la possibilité qu’il y ait autre chose, à la possibilité que Dieu parle, qu’il indique son chemin ».

Pour le pape, leur attitude est « plus qu’un entêtement », c’est « l’idolâtrie de leur propre pensée », « une pensée unique qu’ils voulaient imposer au peuple de Dieu, c’est pourquoi Jésus leur dit : ‘Vous chargez les épaules du peuple de tant de commandements et vous ne les touchez pas d’un doigt’ ».

Aujourd’hui Jésus est encore une fois crucifié

Il déplore « les désastres de la pensée unique », notamment les morts du siècle dernier à cause des « dictatures de la pensée unique ». Aujourd’hui encore cette « idolâtrie de la pensée unique » sévit : « on doit penser comme ça et si tu ne penses pas comme ça tu n’es pas moderne, tu n’es pas ouvert… ».

Le pape met en garde les gouvernements qui imposent cette « pensée unique » en accordant « une aide financière » à ceux qui en ont besoin : « c’est comme prendre des pierres pour lapider la liberté des peuples, la liberté des gens, la liberté des consciences, le rapport des personnes avec Dieu. Et aujourd’hui Jésus est encore une fois crucifié ».

Face à cette « dictature », il invite à « veiller et prier ; ne pas être sot, ne pas acheter de choses qui ne servent pas, être humbles et prier, car le Seigneur donne la liberté du cœur ouvert, pour recevoir sa Parole qui est promesse, joie et alliance. »

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel