Une représentation de l’image de la Sainte Face

Une représentation de l’image de la Sainte Face

La Passion à travers la Sainte Face

Print Friendly, PDF & Email

Vivre la Semaine sainte à travers la dévotion à la Sainte Face

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

par  Sylvain Hardion

Du dimanche des Rameaux et de la Passion jusqu’à la solennité de la Résurrection, une invitation quotidienne à se préparer à la plus grande des fêtes en découvrant la dévotion à la Sainte Face et son histoire, particulièrement le rayonnement qu’elle prit depuis la ville française de Tours au XIXe siècle.

« J’ai présenté (…) mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats. Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; (…) c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu. »

Tels sont, après le récit de l’entrée de Jésus dans Jérusalem, les premiers mots que la liturgie nous donne d’entendre dans les premiers instants de la célébration eucharistique du dimanche des Rameaux et de la Passion.

Tirées du chapitre 50 du livre d’Isaïe, elles offrent à nos esprits, imaginatifs ou non, une représentation des plus nettes de la face du Christ au cours de sa Passion. Le prophète poursuivra ensuite cette véritable description exhaustive de ce Mystère en déclarant deux chapitres plus loin : « il était sans apparence ni beauté qui attire nos regards, son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé, abandonné des hommes, homme de douleurs, familier de la souffrance, il était pareil à celui devant qui on se voile la face. »

La petite Thérèse ne s’était pas trompée en écrivant : « Regarde Jésus dans sa Face… Là, tu verras comme il nous aime. ». À l’instar du Saint Suaire à Turin, c’est donc en raison de cette netteté instantanée de l’Amour de Dieu pour nous que, des premiers siècles de l’Église jusqu’à nos jours comme en témoigne la tradition avec le voile de sainte Véronique, celui-ci fut particulièrement vénéré et reproduit à travers le monde entier.

C’est aussi l’une des raisons qui font qu’à la veille de l’entrée en Carême, cette Sainte Face est honorée par un Triduum solennel dans la ville de Tours. La démarche est on ne peut plus logique : Quoi de mieux pour se préparer à la montée vers Pâques et la victoire par Amour du Ressuscité que la célébration de ce dit Amour, celui qui nous soutiendra durant quarante jours et vers lequel nous marchons ?

Le lieu n’est pourtant pas anodin puisque c’est dans la cité de saint Martin, apôtre de l’Amour, que la dévotion à la Sainte Face allait connaître l’un des plus importants renouveaux de son histoire…

Share this Entry

Rédaction

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel